Capture1

Jeune rappeur new-yorkais de 21 ans, déterminé et passionné. Son univers c’est la conjugaison de plusieurs styles et surtout d’une imagination sans limite. Mais Kev lite c’est aussi et surtout des visuels, des expérimentations. Un mélange détonnant et artistique presque… acrobatique.

@iamnotkevlite 

soundcloud.com/kevlitevcr

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Qu’est-ce que la musique pour toi, quel est ton univers ?

La musique est mon oxygène, je ne peux vivre sans. Je créer à partir de mes sentiments, mes humeurs et cela guide mon style, mon univers est donc variable : un peu de pop, du Hip hop mais aussi du R’n’B.

Quand as-tu commencé à faire de la musique ?

Quand j’avais 16ans j’ai enregistré pour la première fois dans un studio, et depuis ce jour je sais que c’est fait pour moi.

As-tu rencontré des difficultés pour imposer ton style et tes idées ?

Ce qui était difficile c’était de trouver mon empreinte. Mais je ne me suis jamais fermé des portes, ce qui me donne assez de liberté pour changer ou du moins m’inspirer avec divers styles musicaux. Je suis donc ouvert à plusieurs styles, je pense que c’est pour cette raison que les gens m’écoute. On ne peut pas prédire ce que j’ai envie de faire et ce que je vais faire.

D’où viens ton inspiration ?

Mon inspiration vient de mes fréquentations, des expériences de ma vie, de mon imagination mais aussi des films que je regarde. Si je devais citer des artistes qui m’inspire, je dirais Kanye West, Theophilus London, Toro y moi, Azealia Banks, Jayz…enfaite la liste est trop longue ! (…) Enfin si, j’admire vraiment Kid Cudi, je dirais qu’il est le numéro un d’ailleurs.

Tu as de nombreux clips vidéos déjà, quelle place accordes tu au visuel ?

Je pense que le visuel est le plus important dans la carrière d’un artiste, tu peux plus montrer que dire. En ce sens l’image est parfois plus marquante que les mots, elle est donc primordiale.

Quelles sont tes inspirations visuelles ?

Je pense que quelqu’un qui regarde mes clips pour la première fois, aura de grands débats dans son esprit par la suite…puis, soit il me détestera soit il m’adorera. Mon inspiration est digital. Je pense souvent au VHS, au néon,… Mais je tente de garder un message, parfois même de le simplifier par l’image.

Quels sont les thèmes récurrent de tes écrits ? De ta vie personnelle, des autres ?

Des deux, certains proviennent de mon histoire.. j’applique mes souvenirs à ma plume.

Parlons de « Let’s the heart speak », penses tu que la passion est supérieur à la conscience ?

Ces mots sont les miens, je dis ma vérité… mais il est vrai que je m’amuse parfois avec quelques jeux de mots.

Traduction par Delphine Duchêne.